CANCER DU SEIN: DES SCIENTIFIQUES DÉCOUVRENT DEUX NOUVEAUX FACTEURS DE RISQUE GÉNÉTIQUES

Grâce à une collaboration internationale entre des centres de recherche sur le cancer et des scientifiques, la génétique du cancer du sein et la compréhension des facteurs de risque ont permis de découvrir deux nouveaux sites génétiques qui présentent un risque plus élevé pour les femmes qui en sont porteurs.

L’étude multicentrique publiée dans la revue Human Molecular Genetics décrit deux nouvelles variantes, rs10816625 et rs13294895, sur une région du chromosome 9. Ces facteurs nouvellement découverts augmentent spécifiquement le risque de cancer du sein avec récepteurs aux œstrogènes positifs, la forme la plus courante. L’étude et les conclusions qui en découlent montrent la nécessité d’améliorer le dépistage des femmes afin d’identifier celles qui présentent un risque élevé de développer un cancer du sein au cours de leur vie. Le dépistage et l'identification précoces des femmes à risque pourraient potentiellement conduire à une intervention plus précoce et à la prévention du cancer du sein.

CANCER DU SEIN: DES SCIENTIFIQUES DÉCOUVRENT DEUX NOUVEAUX FACTEURS DE RISQUE GÉNÉTIQUES

L’étude visant spécifiquement à cartographier le chromosome 9 a été entreprise par plus de 130 institutions du monde entier et comprenait 43 160 cas de cancer du sein et 42 600 cas de contrôle de femmes d’ascendance européenne, ainsi que 5 795 cas de cancer du sein et 6 624 cas de contrôle d’origine asiatique.

Le Dr Nick Orr, chercheur principal à l'Institut du cancer de Londres, a commenté: «Les variantes que nous avons identifiées sont spécifiquement associées à la forme la plus courante de cancer du sein à récepteurs d'oestrogènes positifs. Plus nous découvrons de facteurs de risque génétiques pour le cancer du sein, il y en a actuellement plus de 80, plus nous serons en mesure de prédire qui risque de contracter la maladie. À terme, cela sera essentiel pour concevoir des stratégies préventives contre le cancer du sein. "

Les résultats de l’étude ont conclu que la variante rs10816625 augmentait de 12% le risque de cancer du sein et plus précisément de 14% le cancer du sein avec récepteurs aux œstrogènes, tandis que la variante rs13294865 augmentait les risques de 9% et 11% respectivement. L'étude n'a pas montré de corrélation directe entre ces variants et le cancer du sein avec récepteurs d'œstrogènes négatifs. Par ascendance, rs10816625 était associé à un risque pour les femmes européennes et asiatiques, et rs13294895 à un risque accru, principalement chez les femmes européennes.

Le dépistage génétique ne détecte pas le cancer, mais révèle une prédisposition à développer un cancer du sein. Les femmes à haut risque, en particulier celles qui ont des antécédents familiaux de cancer, peuvent être soumises à des tests génétiques ou à d'autres procédures de dépistage.

25.02.2015
ECRIRE UN COMMENTAIRE

    OFFRES D’ACTUALITE Cancer/Oncologie

    ENREGISTREMENT DE L’ACHETEUR
    • CONNECTEZ-VOUS
    • S'INSCRIRE
    Mot de passe oublié?
    RESTITUTION DU MOT DE PASSE
    Adresse mail entrée est invalide
    Votre numéro de téléphone
    États-Unis d’Amérique
    Remplissez le champ
    États-Unis d’Amérique
    Remplissez le champ
    Pour voir tous les acheteurs potentiels, achetez le compte Premium et augmentez ses ventes sur la plate-forme BiMedis! Lire la suite Non, merci